Réaction du RQ-ACA à l’annonce des compressions dans les ministères

COMMUNIQUÉ

TIOHTIÀ:KE (Montréal, territoire Mohawk non cédé), 29 janvier 2019/ Nous avons appris ce matin par Radio Canada que “le premier ministre a envoyé un message clair à ses ministres, avant les vacances des Fêtes, qu’ils ne devaient surtout pas compter sur les surplus budgétaires. Chaque ministre doit donc dégager des marges de manœuvre pour financer les engagements électoraux à l’intérieur même de son ministère. Tous les ministères seraient ainsi touchés à des degrés divers et le Conseil du Trésor a fixé des cibles pour chacun d’eux.”

Cette annonce nous inquiète car elle nous lance le message que l’objectif prioritaire est de financer la réalisation des promesses électorales de la CAQ à tout prix sans nécessairement tenir compte du bien être de l’ensemble de la société. Le chef du gouvernement serait-il déjà en train d’entamer sa campagne électorale pour 2022 à même les deniers du contribuable?

Gardons en tête que malgré le fait que la CAQ ait remporté une victoire majoritaire en nombre de sièges, la proportion des personnes ayant voté pour elle est beaucoup moindre puisque seulement 24% de l’électorat lui a donné son appui.
Il est primordial que le premier ministre agisse en tant que chef du gouvernement dans l’intérêt de l’ensemble des Quebecois.es. Ainsi nous préconisons, avant de se lancer dans ces chantiers, de vérifier auprès de l’ensemble de la population et de la société civile y compris celles et ceux qui n’ont pas voté pour la CAQ que ces projets sont réellement prioritaires.
L’exemple des travaux trans-partisans annoncé la semaine dernière par la ministre Sonia LeBel – Députée de Champlain pour la constitution d’un tribunal spécialisé pour les victimes de violences sexuelles était un signal positif. Nous espérons que le gouvernement actuel continuera dans cette lancée et privilégiera les intérêts de l’ensemble des Québécoi.ses sur ceux de son propre parti.
Enfin rappelons que la réforme du mode de scrutin dès la première année de mandat est en effet un enjeu urgent pour s’assurer de la pleine participation et représentation de l’ensemble des citoyen.nes.
-30-