Des nouvelles du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale (MTESS)

Nouveau au ministre du MTESS

Le nouveau ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale est Monsieur Jean Boulet. Monsieur Boulet a été élu dans la circonscription de Trois-Rivières. Avocat spécialisé en droit du travail, il est décrit comme un homme engagé dans sa communauté et les organismes communautaires ne lui sont pas étrangers puisqu’il a été président de Centraide Mauricie pendant 5 ans, de 2012 à 2017. Son chef de cabinet est Monsieur Pierre Schetagne, homme d’affaire et ami personnel du Premier ministre.La nouvelle Sous-ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale est Brigitte Pelletier. Madame Pelletier n’est pas étrangère aux dossiers de la Solidarité sociale puisqu’elle a occupé ce poste de 2012 à 2014.

Le RQ-ACA a adressé ses félicitations ainsi qu’une demande de rencontre au nouveau ministre et est impatient de le rencontrer afin de lui présenter les enjeux prioritaires du mouvement communautaire.

Suivi des travaux du RQ-ACA avec le MTESS

Voici quelques suivis en vrac des dossiers sur lesquels nous travaillons avec le ministère.

Plan d’action gouvernemental en matière d’action communautaire

Le précédent ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale s’était engagé, en décembre dernier, à travailler sur nouveau plan d’action gouvernemental en matière d’action communautaire pour 2019-2020. Rappelons que cet engagement avait été annoncé dans la foulée du nouveau plan d’action gouvernemental pour l’inclusion économique et la participation sociale ce qui lui donne un caractère beaucoup plus formel puisqu’il est inscrit dans un document qui a été adopté par le Conseil des ministres de l’époque et déposé à l’Assemblée nationale.. La sous-ministre adjointe, Madame Chantal Maltais, nous a informé lui avoir déjà transmis les engagements du précédent gouvernement en matière de solidarité sociale et est en attente de ses directives pour la suite. Celle-ci semble accorder beaucoup d’importance à la relance des travaux et nous assure qu’elle fera les suivis nécessaires auprès du ministre.

Cadre de référence en matière d’action communautaire

Malgré nos diverses tentatives d’obtenir la dernière version du cadre de référence révisé entre 2012 et 2014, nous n’avons toujours pas obtenu l’autorisation de la consulter. La principale raison évoquée est qu’il n’a jamais été adopté et qu’il ne serait pas en vigueur dans aucun ministère. Le MTESS entend inclure le cadre de référence comme un élément du prochain plan d’action gouvernemental en matière d’action communautaire. Si le ministre n’a pas l’intention d’aller de l’avant avec le plan d’action, il n’est pas exclus que le ministère puisse tout de même mettre à jour le cadre cadre de référence. De son côté, le RQ-ACA a insisté sur la nécessité de dénouer ce dossier et sur l’importance de cet outil pour ses membres.

Demande de création d’un comité mixte

Le RQ-ACA a récemment demandé la création d’un comité mixte composé par les délégués.es du RQ-ACA, les directions du ministères et la sous-ministre adjointe. Même si le ministère a refusé d’officialiser un comité formelle, nous avons convenu qu’il sera possible d’organiser des rencontres ponctuelles avec la sous-ministre adjointe ou avec le comité interministériel. La sous-ministre adjointe, Madame Chantal Maltais, nous a assuré personnellement être disponible pour nous rencontrer au besoin. Pour le CA du RQ-ACA, il s’agit d’une avancée importante dans nos relations avec le ministère.

Plan d’action conjoint entre le RQ-ACA et le MTESS

En tant qu’interlocuteur privilégié du gouvernement en matière d’action communautaire autonome, le RQ-ACA réalise annuellement un plan de travail conjoint avec le MTESS dans l’objectif de suivre, en continu, l’application de la Politique de reconnaissance de l’action communautaire. Le prochain plan de travail conjoint a été élaboré sur une période de deux ans et ciblera deux enjeux jugés prioritaires par les deux parties : l’autonomie, qui constitue le fondement premier de la Politique de reconnaissance de l’action communautaire, ainsi que les regroupements, qui représentent des acteurs importants du mouvement.

La valorisation de l’autonomie des organismes d’ACA

Pour l’année 2018-2019, nous développerons une compréhension commune de l’autonomie des organismes d’ACA. Par la suite, avec l’aide des membres du RQ-ACA, nous identifierons les principales atteintes à l’autonomie de la part des différents bailleurs de fonds (ministères, municipalités, philanthropie). À partir des résultats, nous élaborerons des pistes d’action visant une meilleure compréhension et un plus grand respect de l’autonomie. Enfin, nous interviendrons conjointement auprès des ministères et organismes gouvernementaux, du milieu philanthropique et du milieu municipal afin de contribuer à une meilleure compréhension ainsi qu’au respect et de l’autonomie des organismes d’ACA.

Le rôle et le travail des regroupements

Pour 2019-2020, avons convenu de développer une compréhension commune du rôle et du travail des regroupements. Nous partagerons d’abord nos préoccupations respectives pour ensuite travailler sur des pistes d’action visant à valoriser les rôles et l’expertise de ceux-ci auprès des ministères. Enfin, une rencontre avec le comité interministériel sera organisée afin de présenter le résultat des travaux conjoints.

Les délégué.es du RQ-ACA pour les travaux conjoints avec le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale sont Mercédez Roberge (TRPOCB) et Christian Pelletier (RGPAQ) du conseil d’administration, Caroline Toupin et Céline Métivier de la permanence du RQ-ACA.

Du côté du ministère, les délégué.es sont Stéphanie Morin, directrice générale par intérim, Mario Fréchette, directeur, Steve Chauvette, adjoint et Marie-Ève Desrosiers, conseillère