Budget Leitão : Déception anticipée pour les organismes d’action communautaire autonome

Montréal, le 27 mars 2017 – Le Réseau québécois de l’action communautaire autonome (RQ-ACA), qui réunit 58 regroupements et organismes nationaux représentant plus de 4 000 organismes d’action communautaire autonome, appréhende que le prochain budget sera décevant pour les organismes communautaires.

« Bien que nous espérons des annonces en faveur d’un rehaussement du financement à la mission des organismes d’action communautaire autonome, nous sommes convaincus que les investissements prévus seront insuffisants pour corriger les effets de plusieurs années d’austérité sur nos organismes », affirme Claudelle Cyr, présidente du RQ-ACA. Pourtant, après plusieurs années de mobilisation et de représentation auprès des élu-es, le gouvernement est tout à fait au courant de la situation critique des organismes communautaires. Sur le terrain, on constate que les travailleuses et les travailleurs sont à bout de souffle, poursuit madame Cyr. La demande augmente dans les organismes en raison de la diminution des services gouvernementaux alors que le financement stagne. Les dernières années auront même été fatales pour plusieurs organismes qui ont dû se résigner à fermer leurs portes comme c’est le cas du Mouvement action chômage Lac-Saint-Jean.

Bien que les annonces faites récemment concernant l’augmentation du financement à la mission des organismes offrant des services aux familles (20 millions $) et des organismes en éducation (9 millions $) soient encourageantes, il faut préciser que pour les organismes communautaires Famille, ces sommes ne sont pas récurrentes et qu’aucune annonce n’a été faite pour les nombreux autres secteurs de l’action communautaire autonome.

Avec les surplus budgétaires de 2.3 milliards $ annoncés récemment par le ministre des Finances, M. Carlos Leitão, nous savons que les fonds nécessaires existent. Les organismes communautaires représentent bien souvent la seule ressource de notre filet social encore accessible. « Ils sont issus de la communauté et répondent aux besoins exprimés par celle-ci », précise Claudelle Cyr. Au cours des quarante dernières années, ils ont contribué à mettre en place plusieurs programmes, mesures et services visant à soutenir les populations vivant diverses formes de besoins, problématiques, discriminations ou dénis de droit.

Il est grand temps que peu importe son lieu de résidence, chaque citoyen et citoyenne puisse avoir accès aux mêmes activités offertes par les organismes d’action communautaire autonome. L’importante contribution de ces organismes dans la société est reconnue officiellement par l’État depuis 2001 par une politique gouvernementale et c’est pour cette raison qu’il doit les financer à leur juste valeur.

– 30 –

Pour information : Caroline Toupin, coordonnatrice, 514-260-3786 / courriel crypté, activez Javascript

 

→ Télécharger le communiqué en format PDF