Rôle de l’État, philanthropie et politiques sociales : un débat public s’impose

Montréal, le 15 mars 2016 – À la suite de la diffusion du reportage de
Radio-Canada sur la Fondation Lucie et André Chagnon, la Coalition Non
aux PPP sociaux souhaite réagir au bilan plus que négatif des partenariats
publics-philanthropiques (PPP) qui nous a été présenté et réclame la tenue
d’un débat public sur le rôle des fondations dans les politiques sociales de
l’État.

La coalition affirme avoir été surprise par l’ampleur des chiffres, même si
elle avait l’intuition que l’argent dépensé ne se rendait qu’en partie sur le
terrain. « La Fondation Chagnon dit vouloir aider les organismes
communautaires à être plus efficients, alors que moins de la moitié des
fonds investis dans Avenir d’enfants furent réellement attribués aux
communautés. Ce n’est pas ce que nous appelons une gestion efficiente »,
affirme Marie-Chantal Locas, co-porte-parole de la coalition.

Dès la mise sur pied des partenariats publics-philanthropiques, les
membres de la Coalition Non aux PPP sociaux avaient exprimé plusieurs
craintes qui se sont toutes avérées. « Nous nous questionnions sur ce qui
allait advenir dans dix ans, quand les fonds de la fondation et du
gouvernement viendraient à échéance? », souligne Laurence Lagouarde, coporte-parole
de la coalition. Avec la fin de Réunir Réussir à l’automne 2015,
plusieurs organismes communautaires qui œuvrent à la lutte au décrochage
scolaire ont perdu leur financement sans savoir comment ils pourront
poursuivre leurs projets.

Le même scénario risque de se produire dans le cas de Québec en forme et
d’Avenir d’enfant, qui viennent à échéance en 2017 et 2019. « Nous avons
interpellé le gouvernement l’été dernier pour savoir comment allaient être
investies les sommes libérées par la fin des PPP, mais nous n’avons toujours
pas eu de réponse », poursuit Mme Lagouarde. La Coalition Non aux PPP
sociaux demande que ces montants soient dirigés vers les services publics et
pour un meilleur financement à la mission de base des organismes
communautaires qui en ont cruellement besoin.

Malgré la fin des PPP, la coalition est d’avis qu’il faut aller au fond des
choses en ce qui a trait au rôle que jouent les fondations au Québec. « Plus
l’État se désengage, plus les fondations sont appelées à pallier. Dans le
contexte actuel d’austérité et de sous-financement des organismes
communautaires, la table est mise pour que se multiplient diverses
initiatives philanthropiques », fait remarquer Laurence Lagouarde. Pour
cette raison, la Coalition Non aux PPP sociaux demande au gouvernement de
tenir un véritable débat public sur la question. La coalition se réjouit de la
fin des PPP, et souhaite qu’à l’avenir, le gouvernement ne s’engage plus
jamais dans ces formes de partenariats qui donnent à une fondation privée
ou un homme d’affaires le pouvoir de participer activement aux décisions
quant aux orientations et pratiques d’interventions sociales.

À propos de la Coalition Non aux PPP sociaux

La Coalition Non aux PPP sociaux, créée en 2011, regroupe des organisations
communautaires, syndicales et féministes du Québec. Elle dénonce ces
partenariats qui permettent à une fondation privée de s’immiscer dans le
domaine des politiques sociales, et demande au gouvernement de cesser ces
PPP sociaux et d’investir l’argent public directement dans nos services
publics et nos organismes communautaires.

Membres de la coalition : Conseil central du Montréal Métropolitain-CSN •
FAFMRQ (Fédération des associations de familles monoparentales et
recomposées du Québec), • Fédération de la santé et des services sociauxCSN,
• L’R des centres de femmes du Québec • RIOCM (Regroupement
intersectoriel des organismes communautaires de Montréal) • RMJQ
Montréal-Laval (Regroupement des maisons de jeunes du Québec
Montréal-Laval) • ROCFM (Regroupement des organismes
communautaires famille de Montréal • RQ-ACA (Réseau québécois de
l’action communautaire autonome) • Action-Gardien, table de concertation
de Pointe-Saint-Charles • MASSE (Mouvement d’action solidaire des sansemploi)
• ROC de l’Estrie (Regroupement des organismes
communautaires) • Michel Parazelli (Professeur travail social UQAM)

SOURCE : Coalition Non aux PPP sociaux
Renseignements : Nancy Harvey, 514 618-8370

Pour télécharger le communiqué : format PDF


 

À consulter également :

→ Des reportages de Radio-Canada (14 mars 2016) :

 

Des articles :

 

D’autres documents sont disponibles sur les sites web suivants :