Jacques Parizeau : un complice du mouvement de l’action communautaire

MONTRÉAL – Le 5 juin 2015 – Le Réseau québécois de l’action communautaire autonome (RQ-ACA) joint sa voix aux milliers de personnes qui saluent la contribution colossale de M. Jacques Parizeau au développement du Québec moderne. Le RQ-ACA tient à rappeler la contribution de l’ex-premier ministre à la reconnaissance et au financement des organismes d’action communautaire et d’action communautaire autonome par la création d’institutions visant à répondre aux besoins et intérêts du mouvement communautaire.

En véritable social-démocrate, M. Parizeau a contribué à outiller l’État québécois d’institutions et de politiques visant l’amélioration de vie de milliers de citoyennes et de citoyens du Québec. La liste est exhaustive et nous laisserons à d’autres le soin d’analyser en profondeur sa contribution, tant en matière de développement économique qu’en matière de développement social. Toutefois, le RQ-ACA souhaite souligner le fait qu’après son retrait de la vie politique, il n’a pas cessé d’intervenir publiquement pour dénoncer les orientations gouvernementales néolibérales promues tant sous les libéraux que les péquistes.

Concernant l’action communautaire, rappelons qu’au cours des quelques mois suivants l’élection du Parti québécois en 1994, M. Parizeau, nouvellement élu premier ministre, faisait adopter par le Conseil des ministres la création du Secrétariat à l’action communautaire autonome (devenu depuis le SACAIS). Il est aussi à l’origine de la loi 111, votée en 1995, visant la création du Fonds d’aide à l’action communautaire autonome (FAACA).

En créant ces institutions, M. Parizeau reconnaissait toute l’importance de la contribution du mouvement communautaire à la société québécoise tout en lui apportant un soutien financier supplémentaire, particulièrement pour les organismes de défense collective des droits. Pour répondre à cette nouvelle reconnaissance, le mouvement d’action communautaire autonome a alors mis sur pied en 1996 le Comité aviseur de l’ACA (ancêtre du RQ-ACA) tout en contribuant à doter de balises l’utilisation des sommes dévolues au FAACA.

C’est dans ce sillon tracé par M. Parizeau que la première Politique gouvernementale en matière d’action communautaire a été adoptée en 2001. Celle-ci venait confirmer encore davantage la reconnaissance du gouvernement envers le mouvement communautaire. Cette politique reconnaissait, entre autres, le RQ-ACA comme interlocuteur privilégié du gouvernement québécois en matière d’action communautaire autonome.

Bref, nous saluons M. Parizeau pour l’ensemble de ses contributions au développement de la société québécois et pour sa confiance portée au mouvement communautaire. M. Parizeau a laissé sa marque dans le soutien actuel de l’État québécois aux organismes d’action communautaire autonome. Nous lui souhaitons bon voyage!

– 30 –

Interlocuteur privilégié du gouvernement en matière d’action communautaire autonome, le RQ-ACA regroupe 60 regroupements nationaux rejoignant plus de 4 000 organismes d’ACA à travers le Québec, lesquels interviennent sur une multitude de problématiques. Info: www.rq-aca.org

Pour information : Julie-Maude Beauchesne, agente de communication, 438-397-9107