À signaler

18 mars 2014

Assemblée générale annuelle – 14 mai 2014

Le conseil d’administration convoque ses membres à la prochaine assemblée générale annuelle (AGA) qui aura lieu le 14 mai 2014, de 9h30 à 15h30 au Centre Saint-Pierre, local 100, à Montréal.

Catégories: Signaler

30 janvier 2014

Annulée – Assemblée générale extraordinaire le 19 mars!

Annulée – Le conseil d’administration convoque ses membres à une assemblée générale extraordinaire (AGE) le 19 mars 2014, de 9h30 à 15h30 au Centre Saint-Pierre, local 100, à Montréal.

Catégories: Signaler

Le Réseau québécois de l'action communautaire autonome (RQ-ACA) est l’interlocuteur privilégié du gouvernement en matière d’action communautaire autonome, représente 61 membres et rejoint au-delà de 4 000 organismes d’action communautaire autonome luttant partout au Québec pour une plus grande justice sociale. Lire la suite

 

*** Pour obtenir les versions Word (.doc) de nos documents, veuillez nous contacter aux coordonnées situées dans la section "Nous joindre".

 

Événements

8 mai 2014

REPORTÉ – Séance d’information sur le projet d’une mutuelle de prévention en santé et sécurité de travail pour les organismes communautaires

Catégories: Formations

15 avril 2014

En soutien à la campagne: Je soutiens le communautaire

18 octobre 2013

Panel-conférence « L’ACA sous la loupe! »

Nous vous invitons chaleureusement à venir assister à notre traditionnel panel-conférence que nous organisons le mercredi 23 octobre prochain, de 19h à 21h30 (les portes ouvrent à 18h30) dans le cadre de la Semaine nationale de visibilité de l’action communautaire autonome!

Le thème de la soirée: l’Action communautaire autonome sous la loupe!

Venez écouter nos trois conférenciers:

Gabriel Nadeau-Dubois, militant et chroniqueur radio
Sylvie Jochems, professeure de travail social à l’UQAM
Francis Fortier, chercheur à l’IRIS

Animation: Julie-Maude Beauchesne

De quoi il sera question? Notre animatrice Julie-Maude Beauchesne leur demandera leur perception du mouvement communautaire, de discuter de l’importance de ce mouvement dans le contexte politique actuel, ainsi que des pistes de réflexion et d’action qui permettraient à ce mouvement d’avoir plus d’influence sur le monde politique, ou tout autre volet lié à l’action communautaire qu’ils jugeront
pertinent

L’entrée est gratuite, 18 ans et +, au Café campus. Un léger goûter sera servi. Boisson et breuvages vendus sur place.

20 septembre 2013

Affiche SNV-ACA 2013

Voici les deux affiches produites cette années pour la Semaine nationale de visibilité de l’action communautaire autonome 2013 (SNV-ACA).

La première se veut générique et sera utilisée au cours des trois prochaines campagnes. La seconde peut être utilisée par tout groupe pour annoncer ses activités durant la SNV-ACA en inscrivant leurs information dans le grand espace blanc réservé à cet effet. 

Le RQ-ACA a fait imprimé 3000 exemplaires de la première (format 24×36). Quant à la seconde, vous pouvez la télécharger, ajouter les informations concernant vos activités et les imprimer vous-même. Les format PDF sont joint à ce post.

5 juin 2013

Logo officiel de la Semaine nationale de visibilité de l’action communautaire autonome (SNV-ACA)

Nous sommes très heureux et heureuses de vous dévoiler ce qui sera le logo permanent de la SNV-ACA (Semaine nationale de visibilité de l’action communautaire autonome)!

Ce logo pourra être apposé sur tout matériel promotionnel dédié à la SNV-ACA, comme une sorte de marque de commerce, indépendante des thèmes et du visuel qui seront conçus et utilisés. Le logo se décline en une douzaine de couleurs afin de pouvoir s’harmoniser avec votre matériel promotionnel.

 

Publications récentes

18 juin 2014

Commission d’examen de la fiscalité québécoise: le RQ-ACA demande l’ajout de représentants des mouvements sociaux au sein du comité

MONTRÉAL – Le 18 juin 2014 – Si le Réseau québécois de l’action communautaire autonome (RQ-ACA) voit d’un œil positif la création d’une Commission d’examen de la fiscalité québécoise, il en déplore grandement le manque de diversité des membres qui la composent, lesquels ne sont que des économistes ou des gens d’affaires issus de la finance. Si le gouvernement Couillard prétend vraiment représenter l’ensemble de la population, il doit élargir la composition de cette commission et y inclure, notamment, des représentants et représentantes des mouvements sociaux.

Si le RQ-ACA accueille favorablement une partie du mandat de cette commission visant à identifier des ajustements possibles au régime fiscal de manière à assurer « une redistribution équitable de la richesse collective », il s’inquiète toutefois d’une autre partie qui « examinera la possibilité de revoir l’équilibre entre les différents modes de taxation et de fiscaliser certaines tarifications afin de tenir compte de la capacité de payer des usagers des services publics ».

L’inquiétude est d’autant plus grande, qu’en raison de la composition monolithique de la Commission, il y a de forts risques qu’elle ne soit pas en mesure de soupeser tous les impacts des solutions proposées, faute de représentativité de la société civile.

Ce manque de diversité est d’autant plus déplorable qu’il existe des expertises en matière de fiscalité hors des cercles d’économistes et de gens d’affaires. Le RQ-ACA invite donc le gouvernement à corriger le tir et à lancer une invitation à différentes organisations sociales représentatives à joindre les rangs de la Commission.

Par ailleurs, le RQ-ACA invite instamment la Commission à analyser les 19 pistes de solutions fiscales mises de l’avant par la Coalition opposé à la privatisation et à la tarification des services publics démontrant qu’il serait possible, par une fiscalité audacieuse et équitable, de dégager une marge de manœuvre supplémentaire de plus de 10 milliard$ dans les coffres de l’État[1]. Cette importante somme pourrait injecter un peu d’air frais pour les besoins de la population, entre autres, en santé, en éducation, en environnement, etc.

Pour le RQ-ACA, il est clair que sans cette diversité de point de vue au sein de la Commission, les analyses et recommandations qui en sortiront ne pourront qu’être biaisées et favoriser certains groupes, dont les financiers, qui y sont largement surreprésentés.

 -       30 -

Pour information : Julie-Maude Beauchesne, agente de communication
Cell. : 438‐397‐9107




[1] http://www.nonauxhausses.org/wp-content/uploads/SolutionsFiscales.pdf

12 juin 2014

Le RQ-ACA dénonce les coupures du gouvernement Harper aux organismes communautaires en alphabétisation

MONTRÉAL – Le 12 juin 2014 – Le Réseau québécois de l’action communautaire autonome (RQ-ACA) joint sa voix aux organismes qui ont dénoncé l’annonce des coupures du gouvernement Harper appliquées au Centre de documentation sur l’éducation des adultes et la condition féminine (CDEACF), le Centre for Literacy et le Réseau pour le développement de l’alphabétisme et des compétences (RESDAC).

 Ce financement fédéral, effectué par l’entremise du Bureau de l’alphabétisation et des compétences essentielles (BACE) du département du ministère de l’Emploi et du Développement social Canada (EDSC), était essentiel pour la réalisation des activités de ces organismes touchant l’alphabétisation.

Pourtant, les résultats du Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (PEICA)1 rendus publics en octobre 2013 sont inquiétants : ils révèlent que près d’un Canadien et Canadienne sur cinq a de réelles difficultés en lecture et en écriture.

Encore une fois, le gouvernement Harper s’attaque aux organismes communautaires qui offrent des services importants à la population, et ce, pour des raisons idéologiques. En conformité avec ses orientations politiques appliquées depuis son élection, le gouvernement Harper vise à affaiblir le pouvoir des citoyennes et les citoyens en s’attaquant aux outils qu’ils se sont donnés afin de mieux comprendre la société dans laquelle ils vivent et être en mesure d’intervenir pour combattre les injustes sociales qui y sont présentes.

En privant des dizaines de citoyennes et de citoyens d’un apprentissage minimal de la lecture et de l’écriture, le gouvernement Harper ne fait qu’affaiblir la capacité de ces personnes à mieux s’intégrer dans leurs communautés respectives et à contribuer pleinement à la vie sociale du Québec.

En conséquent, le RQ-ACA demande instamment au gouvernement Harper de revoir sa décision et de maintenir le financement des organismes touchés par ces coupures. 

-       30 -

Pour information : Julie-Maude Beauchesne, agente de communication
Cell. : 438‐397‐9107 

1. http://www.statcan.gc.ca/daily-quotidien/131008/dq131008b-fra.htm

4 juin 2014

Budget Leitão : un coup dur pour le communautaire

MONTRÉAL, le 5 juin 2014 – Le Réseau québécois de l’action communautaire autonome (RQ-ACA) est consterné. Malgré les demandes répétées des organismes d’action communautaire autonome (ACA), le budget Leitão ignore complètement le communautaire et jette aux oubliettes les annonces du précédent gouvernement qui prévoyaient injecter 162 million$ en trois ans en matière de financement des organismes d’ACA.

Alors que le ministre Leitão soutient que tous les québécois doivent faire des efforts, nous désirons signaler au gouvernement Couillard que les organismes d’ACA font leur part depuis plusieurs années en raison du sous-financement chronique auquel ils font face pour répondre à des besoins sans cesse croissants.

Puisque beaucoup d’organismes sont en attente d’un premier soutien financier gouvernemental, et ce parfois depuis plus de 10 ans, et que d’autres, déjà financés, n’ont pas vu leur financement augmenter alors que les besoins ne cessent de croître, cette absence de fonds nouveaux pour soutenir l’ACA est un très dur coup.

Le manque à gagner étant évalué à 320 million$, l’ensemble des besoins dans tous les secteurs d’activité où oeuvrent les 4000 organismes d’ACA du Québec, il est clair que ce sera au gouvernement de faire un effort supplémentaire au cours de son mandat pour combler l’ensemble des besoins qui seront toujours aussi, sinon plus, criants.

La justice fiscale, c’est pour quand?

En plus de cette mauvaise nouvelle pour le communautaire, le RQ-ACA ne peut que se désoler du constat qui s’impose : les mesures d’austérité annoncées ne feront qu’approfondir l’écart entre les riches et les pauvres.

Malgré quelques petites annonces positives en ce qui concerne le logement social, l’itinérance et les aînés, comment expliquer que le gouvernement annonce une série de compressions budgétaires, une révision des services et programmes offerts à la population et la possibilité que certains services gouvernementaux soient tarifés, alors que la richesse existe au Québec?

Dans son mémoire déposé au ministre des finances en mai dernier(1), le RQ-ACA reprend les 19 pistes de solutions fiscales proposées par la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics où il est démontré qu’il serait possible, par une fiscalité audacieuse, d’injecter plus de 10 milliard$ dans les coffres de l’État(2).

En multipliant les paliers d’imposition, en implantant des mesures pour diminuer les coûts faramineux des médicaments, en s’attaquant concrètement aux abris fiscaux, en révisant les mesures fiscales pour les entreprises, pour n’en nommer que quelques exemples, le gouvernement ferait un pas important vers une justice fiscale qui favoriserait grandement la justice sociale au Québec et pourrait alors affirmer qu’il fait un réel effort pour assainir les finances publiques.

- 30 -

Interlocuteur privilégié du gouvernement en matière d’action communautaire autonome, le RQ-ACA regroupe 60 regroupements nationaux rejoignant plus de 4 000 organismes d’ACA à travers le Québec, lesquels interviennent sur une multitude de problématiques. Pour obtenir plus d’information : www.rq-aca.org

Pour information :
Julie-Maude Beauchesne, agente de communication
438-397-9107

(1) http://www.rq-aca.org/wp-content/uploads/rq-aca-memoire-budget-2014-2015-rq-aca-off.-janvier-2014.pdf
(2) http://www.nonauxhausses.org/wp-content/uploads/SolutionsFiscales.pdf

12 mai 2014

Le gouvernement Couillard interpellé: « Non aux PPP sociaux! »

MONTRÉAL – Le 12 mai 2014 – Plus de 360 organisations communautaires, syndicales et féministes se sont joints à la campagne « Non aux PPP sociaux » pour exiger du nouveau gouvernement du Québec qu’il cesse de conclure des partenariats public-philanthropie dans le champ du social (PPP sociaux).

Depuis 2007 et ce sans aucun débat public, le gouvernement a conclu plusieurs partenariats publics-privés avec la Fondation Lucie et André Chagnon (FLAC). Ces ententes, totalisant plus de 1 milliard de dollars, dont 525 millions proviennent des coffres de l’État, s’immiscent dans des domaines relevant des politiques publiques. Or, les organismes signataires de la déclaration « Non aux PPP sociaux » interpellent le nouveau gouvernement pour qu’il profite de l’échéance de ces ententes pour ne pas les renouveler.

Le choix de la formule des PPP sociaux est un choix erroné puisqu’il existe déjà un réseau d’organismes communautaires reconnu, œuvrant auprès des populations ciblées par ces partenariats, de même que notre réseau public en santé et services sociaux qui souffre grandement du désinvestissement de l’État. Comment le gouvernement peut-il justifier un tel choix ? Céline Métivier du Réseau québécois de l’action communautaire autonome rappelle d’ailleurs que les 4 000 organismes d’action communautaire autonome auraient besoin d’une somme supplémentaire de 300 millions de dollars, uniquement pour se sortir la tête de l’eau et réaliser adéquatement leur mission.

Dérive démocratique

« Il s’agit d’une véritable dérive démocratique », s’indigne la porte-parole du groupe, Nancy Harvey du Regroupement des organismes communautaires famille de Montréal. « Avec ces partenariats, la Fondation Chagnon ne se contente pas seulement d’influencer les politiques sociales mais elle participe activement aux décisions quant aux orientations et pratiques d’interventions sociales, de la période de la grossesse jusqu’aux soins de fin de vie », mentionne-t-elle. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la Coalition « Non aux PPP sociaux » a choisi le cadre de la Semaine québécoise des familles pour interpeller le nouveau gouvernement, puisque les groupes Famille ont été parmi les premiers à être investi par la Fondation Chagnon.

Philanthropie des affaires

Les organismes remettre en question l’idée que le gouvernement se lie à une fondation privée pour développer des mesures sociales. N’adhérant pas à la « philanthropie des affaires » qui veut que les fondations privées seraient plus efficaces que l’État pour réduire la pauvreté et les problèmes sociaux, les signataires de la Déclaration « Non aux PPP sociaux » rappellent que les mesures les plus efficaces sont celles qui s’attaquent aux causes structurelles des problèmes sociaux et qui visent une meilleure redistribution de la richesse.

Des règles fiscales complaisantes

De plus, comble d’ironie, c’est la population entière, par le biais des crédits d’impôts, qui a subventionné les centaines de millions de dollars épargnés par la famille Chagnon, grâce à l’exemption obtenue par sa fondation lors de la vente de Vidéotron en 2000. Dans ce contexte, les riches peuvent bien se montrer généreux!

Avec des règles fiscales complaisantes envers les fondations, le gouvernement se prive, chaque année, d’argent qu’il pourrait investir directement dans les écoles, les institutions de santé, les programmes sociaux, le soutien à la mission des organismes communautaires. Cette situation doit cesser.

Les organismes signataires de la Déclaration « Non aux PPP sociaux » exigent donc du nouveau gouvernement qu’il mène un large débat public sur la responsabilité de l’État québécois quant aux orientations des politiques sociales et qu’il réinvestisse dans les services publics et la mission des organismes communautaires.

- 30 -

La Coalition « Non aux PPP sociaux » est composée : Conseil central du Montréal Métropolitain-CSN, FAFMRQ (Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec), Fédération de la santé et des services sociaux-CSN, L’R des centres de femmes du Québec , RIOCM (Regroupement intersectoriel des organismes communautaires de Montréal), RMJQ Montréal-Laval (Regroupement des maisons de jeunes du Québec Montréal-Laval) ROCFM (Regroupement des organismes communautaires famille de Montréal, RQ-ACA (Réseau québécois de l’action communautaire autonome), Table de Concertation communautaire de Pointe-Saint-Charles, Action-Gardien

Renseignements : Marie-Chantal Locas, Tél : 514-806-2118
Courriel : Infos sur internet : http://www.rocfm.org/public/dossier-ppp-sociaux.html

8 avril 2014

Nouveau gouvernement et action communautaire autonome: des inquiétudes

 

MONTRÉAL, le 8 avril 2014 – En ce lendemain d’élections, le Réseau québécois de l’action communautaire autonome (RQ-ACA) est grandement préoccupé par les orientations que prendra le nouveau gouvernement libéral dirigé par monsieur Philippe Couillard concernant la reconnaissance et le financement des organismes d’action communautaire autonome (ACA).

Alors que l’ex-première ministre Pauline Marois avait annoncé le 30 octobre dernier une augmentation substantielle du financement des organismes communautaires, soit plus de 162 million$ sur trois ans, est-ce que le gouvernement respectera ces engagements? Et comme ces engagements ne concernaient pas tous les ministères finançant les organismes d’ACA, est ce que le nouveau gouvernement s’engagera à ce que des sommes additionnelles soient prévues pour couvrir l’ensemble des secteurs d’activité?

« Beaucoup d’organismes sont en attente d’un premier soutien financier gouvernemental, et ce, parfois depuis plus de 10 ans. D’autres, déjà financés, n’ont pas vu leur financement augmenter alors que les besoins ne cessent de croître. Ces organismes sont à bout de souffle et ont urgemment besoin d’un financement adéquat », fait valoir le président du RQ-ACA, Pierre Valois. 

De plus, l’automne dernier, le précédent gouvernement a effectué une consultation portant sur un prochain plan d’action en matière d’action communautaire. «  Le nouveau gouvernement a-t-il l’intention d’aller de l’avant rapidement avec ce plan d’action? Celui-ci est réclamé depuis 2008 par le RQ-ACA et nous souhaitons l’obtenir dès ce printemps, comme prévu, et espérons qu’il saura satisfaire les organismes d’ACA », demande M. Valois.

Les dossiers touchant l’action communautaire autonome étant nombreux et plusieurs d’entre eux étant urgents à régler, le RQ-ACA contactera rapidement le premier ministre Couillard afin d’obtenir un entretien sur ces questions. En tant qu’interlocuteur privilégié du gouvernement depuis l’adoption de la Politique gouvernementale en matière d’action communautaire adoptée en 2001, et rejoignant plus de 4 000 organismes d’ACA œuvrant dans de multiples sphères d’activités, nous estimons que c’est prioritairement avec le premier ministre que nous devons désormais discuter des questions touchant l’action communautaire autonome. 

- 30 -

Interlocuteur privilégié du gouvernement en matière d’action communautaire autonome, le RQ-ACA regroupe 60 regroupements nationaux rejoignant plus de 4 000 organismes d’ACA à travers le Québec, lesquels interviennent sur une multitude de problématiques. Pour obtenir plus d’information : www.rq-aca.org

Pour information : Julie-Maude Beauchesne, agente de communication
Travail : (514) 845-6386 – Cellulaire : 514-212-2369

Réseau québécois de l'action communautaire autonome (RQ-ACA)

1555, avenue Papineau, Montréal (Québec)  H2K 4H7  

Téléphone : 514 845-6386 — Ligne sans frais : 1 888 433-4935 — Télécopieur : 514 845-9732